Comment reconnaître les différents types de moustiques ?

Home , Découvrir les moustiques   0 Commentaires
Comment reconnaître les différents types de moustiques ?

Quelles sont les différentes espèces de moustiques ?

Il existe envion 3500 espèces de moustiques dans le monde. Ces insectes de l’ordre des diptères et de la famille des Culicidae ont en commun de piquer et d’être hématophages. Ces parasites sucent le sang de leurs victimes, hommes ou animaux. En réalité, la femelle seule pique pour se nourrir et amener les œufs à maturité. Elles recherchent des protéines qu’elles trouvent dans le sang. Les mâles, eux, ont une activité de butineurs de nectar de fleurs notamment. Il existe deux phases dans la vie des moustiques : le stade larvaire, aquatique et le stade aérien.

Quelles particularités pour le moustique en France ?

En France, en métropole et dans les Dom-Tom, il existe de nombreuses zones humides propices à la reproduction et au développement des moustiques. Mais le moindre réservoir naturel, la plus petite étendue d’eau stagnante peut accueillir l’insecte nuisible. La lutte contre les moustiques c’est avant tout de la prévention personnelle et collective contre ces eaux accueillant la reproduction. Leur présence en France et dans les Dom Tom est donc surtout conditionnée par ces zones aquatiques et leur étendue. De la France à la Guyane, en passant par la Guadeloupe ou la Martinique par exemple, on va retrouver toutes les espèces de moustiques.

Les différents types de moustiques

Principalement, en France et Dom Tom, nous connaissons le moustique du genre Aedes, Anopheles ou Cudex mais les Culicoides sont présents également.

Le moustique Culex

Il s’agit du moustique “commun” (culex pipiens), bien connu historiquement en France avant l’avènement du terrible moustique tigre. Ce moustique part à la recherche de ses hôtes, l’homme en l’occurence, la nuit. Dans la journée il vit principalement dans la végétation. Les femelles craintes répandent leurs œufs et leurs larves se développent dans des étendues d’eau stagnantes et assez claires. Ces moustiques déclenchent des démangeaisons mais ils ne sont pas vecteurs de maladie en métropole. Bien entendu, il existe des phénomènes allergiques chez l’homme qui le rendent malgré tout parfois dangereux. Les descriptions suivantes, pour le genre Culex et les autres, concernent la femelle.

Le moustique Culex pipiens dispose d’un corps de 5 à 7 mm de long, avec des antennes fines. Ses ailes dépassent légèrement de l’abdomen, brun et avec des anneaux.

Moustique Culex Pipiens

Le moustique Aedes

Le moustique tigre fait partie de cette famille, plus précisément du type Aedes albopictus. Cette espèce invasive est en développement massif en métropole. Aedes Aegypti est plus présent dans les Dom-Tom; il est responsable avec son cousin tigre de la propagation du chikungunya. Il véhicule également la dengue, le virus Zika et la fièvre jaune. Les femelles peuvent se contenter pour la reproduction de très petites étendues d’eau. Une surface de quelques centimètres suffit à accueillir les larves de moustiques tigres. Les œufs peuvent attendre le moment propice pour éclore et résister ainsi de très nombreuses années.

Le moustique albopictus ou moustique tigre est noir avec des marques argentées. Il mesure environ 5 mm avec une ligne d’écailles blanches sur son thorax. Ce sont les anneaux à ses pattes d’apparence rayées qui lui valent son nom de tigre.

Le moustique Aedes aegypti fait la même taille que son cousin mais il est davantage reconnaissable au dessin en forme de lyre sur son thorax.

Moustique Tigre Aedes albopictus

Les moustiques anophèles

Ces moustiques affectionnent particulièrement les eaux stables et claires sur lesquelles ils passent la première partie de leur vie. Le genre anophele est responsable de la transmission du paludisme et est présent sur les 5 continents. La recherche de son repas de sang débute au crépuscule pour la femelle. Elle cherche ensuite un lieu pour digérer ce sang. En quelques jours, l’abdomen rouge passe à une couleur blanchâtre lorsque les œufs sont près d’éclore. En Camargue, le moustique anophèle est très répandu, en raison d’une mise à disposition de larges zones marécageuses et propres.

Ces insectes qui ressemblent à des moustiques

Le cousin ou tipule est un diptère (tipulidae) comme le moustique mais il ne pique pas. Assez grand (20 mm environ), il est facilement reconnaissable. Il ne faut pas craindre ses piqûres mais davantage les dégâts de ses larves dans les semis.

Les culicoïdes ont en revanche en commun avec les moustiques de piquer et d’aspirer le sang de leurs victimes. Ils présentent donc des nuisances très semblables. Et le traitement de cette “mouche qui pique” est du même type. Ces minuscules diptères ressemblant à des moucherons affectionnent les abords des bois. Ils se déplacent en grand nombre près des zones humides. En raison de leur petite taille, il est difficile de les repérer. La piqûre est vive et suivie d’irritation.

Tipule ou Cousin
Culicoïde ou "mouche qui pique"

Laissez un commentaire

Captcha

Le site Excellium anti-nuisibles utilise des cookies pour votre navigation. En continuant, vous acceptez notre politique de confidentialité et notre utilisation des cookies

Ou s'identifier avec :

Comparer (0 Articles) Mes favoris Contactez-nous
Merci de vous identifier

Ou s'identifier avec :

Votre panier

Il n'y a pas d'articles dans votre panier.